Qu'est-ce que le royaume des Cieux ?

Publié le par MG / Siloé37 / La Lumière s'est Levée

Qu'est-ce que le royaume des Cieux ?
Chers frères et sœurs en Christ,

Durant ce mois de juillet 2017, dans la liturgie chrétienne du 16è et 17è dimanche du temps ordinaire, année A,  la réponse à cette question : " A quoi ressemble le Royaume des Cieux ?" nous est donnée par l'Ecriture. Le Père Janvier nous donne son éclairage sur les paraboles de Jésus par son homélie :

"Chers frères et sœurs,

 Jésus utilise 6 paraboles pour nous parler du royaume de cieux. La méditation de ce dimanche porte sur les trois premières, et dimanche prochain nous méditerons sur les trois autres. Ce dimanche nous allons  méditer sur 3 paraboles : 
La parabole du bon grain et l'ivraie
  La parabole de la graine de moutarde
  La parabole du levain enfoui dans de la farine
De nombreux commentaires se limitant à la première parabole pour expliquer les deux autres, ont pensé qu'elle est la réponse de Jésus sur l'origine du mal. Ce qui n'est pas faux. C'est une interprétation judicieuse. Mais si on replace toutes ces paraboles dans un contexte global, en se référant au premier verset de chaque parabole, on se rend compte qu'une autre interprétation est possible.  En effet, chaque parabole commence par : "le royaume des cieux est semblable à….".  Ou " comparable à …" selon les traductions. Ce qui veut dire que le souci de Jésus, c'est de dire ce qu'est le royaume de des cieux. Il faut noter que l'expression "royaume des cieux" est propre à saint Matthieu alors que saint Luc et saint  Marc parlent en disant "le royaume de Dieu". Les deux expressions sont interchangeables. Cela veut dire pour Jésus, que la question du royaume des cieux est un point essentiel, sinon le point essentiel de tout l’évangile. C'est par cette expression que Jean-Baptiste a commencé son annonce, (Mt3,2), et c'est également par la même expression que Jésus commence son ministère (Mt4,17).
Qu'est ce que "le royaume des cieux"?
Pour beaucoup de gens "le royaume des cieux"  est la vie future, un lieu de bonheur et de paix. Un royaume ou on n'y accède qu'après la mort, après avoir reçu comme les bacheliers  la mention au jugement dernier. Pour d'autres "le royaume des cieux" c'est le monde présent où il se  vit maintenant, jusqu'au jour ou le  Messie viendra rendre justice et remettre toute chose à son père. Les deux assertions sont justes. En effet, "le Royaume des cieux est une promesse de croissance et d'abondance déjà commencée discrètement mais dont le résultat est certain. C'est la vie avec Dieu qui commence dés aujourd'hui et qui s'épanouit dans l'éternité". (croire.croix.com). Le Royaume des cieux est du "déjà là" et du "pas encore". A mon humble avis je pense que l’Évangile et tous les textes de ce dimanche nous invitent à regarder avec optimisme le monde et l'avenir du monde. Le bon grain est là. Il germe. Le bien existe et se fait. Le monde n'est pas qu'une vallée des larmes.  Mais ne pensons pas que Jésus soit naïf quand il nous invite à porter un regard positif sur le monde.  Il sait que ses frères sont heurtés tous les jours au mal: dans leur  chair par la maladie, dans leur  cœur par toutes les blessures d'amour béantes ou mal cicatrisées. Ils sont confrontés au mal dans leur conscience par la morsure du péché, mais également ils affrontent le mal dans la famille, au travail, dans les relations humaines, les oppressions, et les injustices sociales. Le Christ sait tout cela. Il voit le mal dans le monde. Il voit la succession d'ombre et lumière qui empreigne notre monde. Jésus est la manifestation de l'infini miséricorde de Dieu. Ne l'oublions pas. Et tous, nous sommes bénéficiaires de cette sollicitude miséricordieuse de Dieu. En chacun de nous, il y a du bon et du moins bon. Jésus ne peut regarder le monde qu'avec miséricorde. Jésus nous invite à épouser son regard et sa miséricorde malgré nos craintes légitimes. Il y a du bon dans le monde. Toute cette attention, cette générosité que de nombreuses personnes manifestent à l'endroit des plus filables, la volonté que le monde soit meilleur. Mais aussi les chants, les louanges, les prières à l'endroit de notre Seigneur, nos prières les uns pour les autres... tout cela, c'est du levain enfoui dans le cœur du monde. C'est du levain enfoui dans notre champ intérieur et dans le monde.
C'est vrai qu'il est plus aisé de parler du train qui arrive en retard que de se réjouir de celui qui arrive à l'heure ou de dire que le verre est à moitié vide que de dire qu'il est à moitié plein. Non le monde n'est pas vide, il n'est pas vide de sens et de valeur. Il est plein de la grâce de Dieu et de sa lumière. 
Quand je regarde la France je ne vois pas comme tout le monde le dit, la déchristianisation (pas qu'elle ne se fait pas). Je vous vois, vous, des oreilles attentives et les cœurs ouverts pour accueillir la bonne nouvelle malgré les faiblesses inhérentes à tous. Rappelons nous, dimanche dernier le Christ nous disait qu'il y a quantité d'obstacles qui agressent la graine plantée. Il y a aussi la bonne terre.  Elle "porte du fruit à raison de cent, ou soixante, ou trente pour un" (Mt13, 23). Même si la mauvaise terre est grande et avance comme le désert du Sahara, elle ne produit rien. Or tout ce qui ne produit pas, ne se reproduit pas et est donc voué à disparaître. La bonne terre est peut-être petite pour le moment, mais elle produit. Donc se multiplie. C'est comme cela que je vois tous les croyants du monde. Ils sont la graine de moutarde semée dans le monde. Ils sont du levain enfoui dans de la farine. Si nous sommes plus abattus que ceux qui n'ont pas la foi, comment seront nous le sel et la lumière du monde.. Or nous sommes sel et lumière pour donner vigueur, éclairage, aux découragés. Même si cette lumière n'est pas acquise. Le christ nous invite à coopérer prudemment, patiemment, avec confiance et humilité à ce que nous pouvons considérer comme le lent travail de Dieu. Dans sa grande miséricorde, Dieu donne au monde le temps de la conversion. Nous ne voulons pas que les choses soient comme elles sont actuellement, c'est légitime. Mais n'oublions pas que le plan de Dieu n'est pas le nôtre.   Il nous dit : " Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, Autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies, Et mes pensées au-dessus de vos pensées." (Isaïe 55, 9).
Chers frères et sœurs, habituons nous à voir le bon grain qui est dans le monde. Le christ nous invite à avoir foi et confiance en lui et dans son plan pour l'humanité. Il s'est offert en rançon pour la multitude. Il veut que le monde soit sauvé et ne saurait le laisser aller à sa perte. Les paraboles de ce dimanche disent la puissance intérieure de l'action de Dieu qui fera aboutir infailliblement le monde dans une parfaite harmonie avec Dieu. Ne désespérons pas. N'ayons pas peur. Vivons dans la joie que le règne de Dieu se fera. Puisse la Vierge Marie nous aider à recevoir  déjà le royaume de Dieu. A accepter le gouvernement de Dieu dans et sur nos vies, comme par son "Oui", elle a accepté que l'esprit saint la couvre de son ombre.
Père Janvier Wamba
Tours (France) le  23  Juillet 2017"
 
Belle méditation et en union de prière.
Que Dieu nous bénisse et nous garde dans sa Paix. MG / Siloé37
 
1ère lecture : Sg 12, 13.16-19
2 ème lecture : Rm 8, 26-27
Evangile : MT 13, 24-43
 

« Il n’y a pas d’autre dieu que toi, qui prenne soin de toute chose : tu montres ainsi que tes jugements ne sont pas injustes. Ta force est à l’origine de ta justice, et ta domination sur toute chose te permet d’épargner toute chose. Tu montres ta force si l’on ne croit pas à la force de ta puissance, et ceux qui la bravent sciemment, tu les réprimes. Mais toi qui dispose de la force, tu juges avec indulgence, tu nous gouverne avec beaucoup de ménagement, car tu n’as qu’à vouloir pour exercer ta puissance. Par ton exemple tu as enseigné à ton peuple que le juste doit être humain ; à tes fils tu as donné une belle espérance : après la faute tu accordes la conversion. » Sg 12, 13.16-19

« De même aussi l'Esprit nous aide dans notre faiblesse, car nous ne savons pas ce qu'il nous convient de demander dans nos prières. Mais l'Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables ; et celui qui sonde les cœurs connaît quelle est la pensée de l'Esprit, parce que c'est selon Dieu qu'il intercède en faveur des saints. » Rm 8, 26-27

La Bible en ligne gratuit

« Il leur proposa une autre parabole, et il dit : Le royaume des cieux est semblable à un homme qui a semé une bonne semence dans son champ. Mais, pendant que les gens dormaient, son ennemi vint, sema de l'ivraie parmi le blé, et s'en alla. Lorsque l'herbe eut poussé et donné du fruit, l'ivraie parut aussi. Les serviteurs du maître de la maison vinrent lui dire: Seigneur, n'as-tu pas semé une bonne semence dans ton champ? D'où vient donc qu'il y a de l'ivraie? Il leur répondit: C'est un ennemi qui a fait cela. Et les serviteurs lui dirent: Veux-tu que nous allions l'arracher? Non, dit-il, de peur qu'en arrachant l'ivraie, vous ne déraciniez en même temps le blé. Laissez croître ensemble l'un et l'autre jusqu'à la moisson, et, à l'époque de la moisson, je dirai aux moissonneurs: Arrachez d'abord l'ivraie, et liez-la en gerbes pour la brûler, mais amassez le blé dans mon grenier. Il leur proposa une autre parabole, et il dit: Le royaume des cieux est semblable à un grain de sénevé qu'un homme a pris et semé dans son champ. C'est la plus petite de toutes les semences; mais, quand il a poussé, il est plus grand que les légumes et devient un arbre, de sorte que les oiseaux du ciel viennent habiter dans ses branches. Il leur dit cette autre parabole: Le royaume des cieux est semblable à du levain qu'une femme a pris et mis dans trois mesures de farine, jusqu'à ce que la pâte soit toute levée. Jésus dit à la foule toutes ces choses en paraboles, et il ne lui parlait point sans parabole, afin que s'accomplît ce qui avait été annoncé par le prophète: J'ouvrirai ma bouche en paraboles, Je publierai des choses cachées depuis la création du monde. Alors il renvoya la foule, et entra dans la maison. Ses disciples s'approchèrent de lui, et dirent: Explique-nous la parabole de l'ivraie du champ. Il répondit: Celui qui sème la bonne semence, c'est le Fils de l'homme; le champ, c'est le monde; la bonne semence, ce sont les fils du royaume; l'ivraie, ce sont les fils du malin; l'ennemi qui l'a semée, c'est le diable; la moisson, c'est la fin du monde; les moissonneurs, ce sont les anges. Or, comme on arrache l'ivraie et qu'on la jette au feu, il en sera de même à la fin du monde. Le Fils de l'homme enverra ses anges, qui arracheront de son royaume tous les scandales et ceux qui commettent l'iniquité : et ils les jetteront dans la fournaise ardente, où il y aura des pleurs et des grincements de dents. Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur Père. Que celui qui a des oreilles pour entendre entende. » Mt 13, 24-43

la Bible en ligne gratuit

Publié dans Homélies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article