La prière d'intercession / Janvier 2015

Publié le par MG/Siloé37

Pierre en forme de cœur sur les bords du lac de Capharnaüm
Pierre en forme de cœur sur les bords du lac de Capharnaüm

• En ce mois de janvier 2015, les membres du groupe de prière Siloé, nous avons reçu un appel très fort à l’intercession par la parole en Is 62 (6-7) : être veilleurs, des gardes recouverts d’armes divines données en Ep 6 (10-20) : Goûter d’être veilleurs sur les remparts, pas de repos pour eux c’est-à-dire pour nous, jusqu’à ce que tu établisses la joie dans tous les cœurs.

• Appel à l’intercession ! Si on regarde dans le dictionnaire la définition suivante est donnée : « c’est intervenir en faveur de quelqu’un. » Dans l’église l’intercession, c’est de prier les uns pour les autres. L’intercession, cet appel à l’intercession au sein du groupe de prière Siloé, petite cellule de l’église universelle est par la louange de se laisser guider dans l’Esprit saint pour apporter par notre prière d’intercession soulagement et réconfort, et selon la puissance du Christ, parfois la guérison intérieure et physique selon la grâce de Dieu. Ce n’est pas la première fois que ce groupe de prière Siloé est appelé à l’intercession. Jeudi dernier (voir article, l'intercession dans l'espérance) cela nous a été puissamment redit comme pour nous sortir d’une certaine léthargie afin d’être confirmé dans cette mission d’intercession ; intercession pour les peuples du monde, intercession pour le peuple de France c’est-à-dire intercéder pour la paix dans le monde et cela commence dans le cœur de tous à chacun et donc déjà dans le cœur de chacun de nous.

• L’intercession, c’est vrai certains d’entre nous, la plupart, nous en avons déjà entendu parler ! Mais il est vrai aussi que chaque année au rythme de la liturgie de l’église nous reprenons les mêmes périodes cruciales qui jalonnent l’AT et le NT, fondement de notre foi en Dieu pour nous faire avancer toujours plus haut, toujours plus loin vers des sommets de notre foi. Des sommets car celui de l’un n’est pas celui de l’autre, chacun étant unique aux yeux de Dieu et avançant selon sa propre progression. Pour moi l’intercession c’est par la grâce d’une prière aimante adressée à Dieu pour quelqu’un, un frère ou une sœur en Christ ou un groupe de frères comme un peuple, une foule dans le besoin de quelque nature que ce soit, si cette demande reste dans les lignes des dix commandements de Dieu… Donc, pour moi, l’intercession c’est écouter cette ou ces personnes dans leur demande de prière et du fond du cœur la présenter à Dieu en toute humilité, nous-mêmes étant pécheurs, afin d’intercéder pour elle ou eux auprès de Dieu –Père, Fils, Esprit-.

• L’intercession, c’est à l’exemple de Marie, notre Maman du ciel, être serviteur ou servante du Seigneur : « Marie dit : Je suis la servante du Seigneur ; qu'il me soit fait selon ta parole ! » Lc 1,38, c’est-à-dire qu’à travers la créature que je suis, la volonté de Dieu puisse se voir et se vivre : que je sois le visage, le regard, les mains, l’humilité… du Seigneur pour qu’Il, le Seigneur couvre et recouvre de son Amour celui ou celle qui demande la prière ainsi que ceux qui intercèdent, chacun de nous. Car c’est seulement dans l’unité d’une prière sincère que Dieu est.

• Ne croyons pas, parce que nous recevons cet appel de l’intercession que nous sommes merveilleux que d’autres. Dieu est un Dieu miséricordieux plein d’amour pour les pécheurs. Et Il nous fait une confiance extraordinaire. Et pour vous montrer à quel point Dieu se repose sur notre faiblesse, prenons l’exemple de St Pierre. Pierre n’a pas toujours été l’apôtre qui suivait Jésus. Avant de le rencontrer, il suivait un autre chemin comme parfois chacun de nous, chemin d’une famille, d’un travail bénévole ou rémunéré, de passions plus ou moins en lien avec l’église, donc une histoire de vie qui peut être plus ou moins fracassée. Mais Dieu nous aime tels que nous sommes.

• Prenons l’exemple de la vie de Simon, puisqu’au début de sa vie terrestre, il s’appelait Simon ; c’est Jésus qui lui dit après que : « Simon Pierre lui répondit : Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. Jésus, reprenant la parole, lui dit : Tu es heureux, Simon, fils de Jonas ; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t'ont révélé cela, mais c'est mon Père qui est dans les cieux. Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Église, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle. Je te donnerai les clefs du royaume des cieux : ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux. » Mt 16 (16-19)

• Comment intercéder dans l’espérance ! Pour être en vérité dans notre prière d’intercession, à l’exemple de Simon-Pierre, regardons ensemble comment Simon est devenu Pierre. Comment d’un homme sûr de lui, il était patron-pécheur, il est devenu un homme humble et empli de sagesse ! Et je peux m’appuyer sur cette vie de Simon-Pierre pour comprendre que de ma vie pécheresse le Seigneur dans sa miséricorde et son amour la transforme en vie d’apôtre. Comme Pierre, pot d’argile dans les mains de Dieu, en toute liberté, je peux me laisser travailler de l’intérieur pour que l’homme intérieur en moi tout comme celui de Simon-Pierre, devienne plus vrai selon la vérité divine.

• A l’image de Pierre en partant de l’évangile en Mc 14 (28-31) où « Pierre dit (à Jésus) : Quand tous seraient scandalisés, je ne serai pas scandalisé. Et Jésus lui dit : Je te le dis en vérité, toi, aujourd'hui, cette nuit même, avant que le coq chante deux fois, tu me renieras trois fois. Mais Pierre reprit plus fortement : Quand il me faudrait mourir avec toi, je ne te renierai pas. Et tous dirent la même chose. » Même quand je pense être dans la vérité de l’Amour, je peux finalement être dans l’erreur ! C’est ce qui vit Simon-Pierre. Il ne comprend pas comme moi parfois dans ma vie ! Simon-Pierre aimait Jésus ; il voulait le défendre… Quoi de plus normal de vouloir défendre son ami ! Et pourtant à cet instant-là, il va se prendre un soufflet car Jésus lui dira au moment de son arrestation : « Comment donc s'accompliraient les Écritures, d'après lesquelles il doit en être ainsi? » Mt 26,54. Une chose est sûre, cela nous dépasse. Le mystère de Dieu est tellement grand que cela nous dépasse. Et comme Pierre, parfois nous voulons défendre ceux que nous sont chers ! Mais suis-je dans la justesse de ce qui peut les aider aux yeux de Dieu ? Là est toute la question du discernement. Et Simon-Pierre va se trouver dépourvu quand Jésus lui annonce qu’il va le renier trois fois avant que le coq chante. Et pourtant c’est ce qu’il va se passer.

• Qu’est-ce qui va remettre Pierre, debout après ce triple reniement ? C’est le regard du Christ. Au moment du lavement des pieds, le jour de la Cène, dernier repas du Christ, Pierre a regardé Jésus qui le regardait. Et Pierre croise une nouvelle fois le regard du Christ au moment de sa trahison : « comme il parlait encore, le coq chanta. Le Seigneur, s'étant retourné, regarda Pierre. Et Pierre se souvint de la parole que le Seigneur lui avait dite : Avant que le coq chante aujourd'hui, tu me renieras trois fois. Et étant sorti, il pleura amèrement, » Lc 22 (60b-62).

• Ce qui le met debout, Pierre comme moi, c’est que même dans la trahison, dans ce regard, il se sait pardonner. Dans ce regard se lit toute la Miséricorde divine. Oui c’est quand je reconnais ma trahison, mon éloignement de Dieu qu’à cet instant-là, la grâce de la Miséricorde brûle mon péché qui devient alors une lumière. Mon péché dans la Miséricorde divine devient lumière telle une branche morte que l’on met dans le feu. La branche morte devient lumière et réchauffe le cœur. Mais si la branche morte n’est pas mise dans ce feu, elle reste branche morte et mon péché reste jusqu’au jour où il rencontre ce regard d’amour, ce feu de la Miséricorde. La lumière de la Miséricorde est le grand pardon de Dieu pour moi pécheresse.

• Et malgré notre fragilité comme celle de Pierre, le Seigneur nous fait confiance. Si nous revisitons de l’intérieur le texte d’évangile en Jn 21, l'apôtre nous décrit cette rencontre primordiale du Christ réssucité avec Pierre, sur les bords du Lac de Génésareth : le Seigneur est là lorsque Simon-Pierre avec quelques uns des apôtres reviennent bredouilles d’une nuit de pêche. Et Jésus ressuscité est entrain de faire cuire du pain et des poissons au bord de l’eau. Cela sera la pêche miraculeuse et l’envoi de Pierre comme premier pape de l’église avec cette question : Pierre m’aimes-tu ? Et là en ce lieu, au bord du lac, la culpabilité de Pierre liée à sa trahison le soir de l’arrestation du Christ va être guérie par ces trois « Pierre m’aimes-tu ? » Et après Pierre abandonne tout et va être le premier pape à transmettre la Parole et ses signes c’est-à-dire la richesse de l’amour de Dieu, du Christ. A son exemple cette question : " m’aimes-tu ? " m'est posée... Chacun répond dans le secret de son cœur. Cette question « m’aimes-tu ? » est une invitation à suivre Jésus et à l’exemple de Pierre, en tant que baptisé, nous sommes invités à suivre le Christ. Tout baptisé est « prêtre, prophète et roi » mais avant, comme Pierre nous devons être guéris de toutes formes de culpabilité, peur, trahison, etc., pour être debout afin d’intercéder auprès de nos frères en Christ.

• L’intercession commence d’abord et avant toutes choses par se baigner dans le regard du Christ comme Pierre pour se relever et être debout afin qu’Il soit un en nous, en chacun de nous. Comme aux premiers temps de l’église, qu’au nom de Jésus-Christ comme l'on fait Pierre et les apôtres, à notre tour comme les générations passées, présentes et à venir, les baptisés, nous puissions donner les signes visibles de l'amour de Dieu c’est-à-dire les signes de guérison. Guérison intérieure et également guérison physique, psychologique, toutes guérisons, puisqu’au moment où la foule autour de la Mer de Galilée suit Jésus parce qu’elle lui voit faire des prodiges, des miracles qui sont en réalité des signes de l’Amour de Dieu. Nous aussi par l’intercession en tant que baptisé suivant Jésus-Christ, si je me suis relevé, j’accepte par la prière d’intercession de m’unir à la relation privilégiée entre le Fils et le Père. En effet si Jésus est sorti du Père par son abaissement sur la terre, c’est pour nous dévoiler cette relation aimante du Père vers le Fils et du Fils vers le Père dans l’unité du Saint-Esprit. Et c’est ce à quoi si nous le désirons, nous sommes tous appelés.

• L’intercession c’est au nom de Jésus, prier pour apporter un soutien empli de compassion pour la demande du frère ou de la sœur ou d’un groupe de frères par exemple si c’est une prière d’intercession pour la paix dans le monde afin de faire monter humblement ces demandes pleines de louange vers Dieu qui Lui, leur apportera la réponse que cela Lui suscitera, réponse toujours pleine d’amour.

• L’intercession c’est une prière entre frères et sœurs en Christ, prière adressée à Dieu qui par son Fils dans le Saint-Esprit nous apporte la guérison. MG/Siloé37

Publié dans Enseignements

Commenter cet article